Archives pour la catégorie Coups de coeur

Je crois qu’il y a comme un « Grouick » dans le moteur

oinkcouv

Je comptais sincèrement, mais très sincèrement croyez moi, ne faire un article que sur la déconne, des histoires drôles, de l’humour fin ou graveleux il y en avait pour tous les goûts… Et voilà que je tombe sur Oink dans l’un des nombreux cartons de nouveautés. Comment vous dire, les réceptions en librairie (et c’est chaque semaine pareille), c’est un peu comme pénétrer une jungle équatoriale (non je n’exagère pas), l’air devient étouffant, votre espace devient confiné, et vous pouvez aussi bien croiser une curiosité monstrueuse qui vous glacera d’effroi que découvrir la pépite absolue.

oink4 A défaut d’un « Coupe-coupe » sous la main, je m’arme de mon fidèle et meilleur ami du libraire, j’ai nommé le « Cutter », et part à l’assaut des cartons fraîchement arrivés avec la rosée. Les sangles me sautent au visage lorsque la lame rompt les liens, ils me cinglent les avants bras, mais vaille que vaille, je continue ma progression. Je déblaie les hordes de bulles d’air plastifiées qui entravent telles des lianes les livres au fond du carton… et voici qu’apparaît l’Eldorado, brillant de mille feux, il émerge de la pénombre qui l’entoure, le voilà: Oink, de John Mueller aux éditions Délirium.

oink3

L’auteur a jugé bon (et il a bien fait) de rajouter une introduction à son livre afin de présenter son intention première lors de l’élaboration de son projet. En effet il fut édité une première fois à 5000 exemplaires aux Etats-Unis, puis au fil des années qui s’écoulèrent, il fut contacté par des lecteurs répartis au 4 coins du globe, chacun souhaitant lui faire part de son retour de lecteur et de son interprétation. Une fois que vous aurez découvert son mot, vous pourrez profiter pleinement de ce récit atypique.

oink2

Oink est curieux de nature, habituellement ce pourrait être considéré comme une bonne chose, mais dans le cas de Oink, c’est plutôt mal vu. Et pourquoi donc me direz vous ? … J’attends… Oink n’est autre que le résultat d’une aberration génétique, un mixe entre porc et humain, et les résultats de cette expérience sont cachés du grand public, ils travaillent dans de grands abattoirs, isolés du monde, reclus derrière des fenêtres murées afin que personne ne découvre leur existence, et leur morphologie leur permet d’effectuer des tâches rébarbatives. En l’occurrence l’horreur est à son comble lorsque le lecteur découvre que la tâche en question est de tuer… des porcs.

oink1

Ce ne sont pas des êtres humains, et bien que dotés d’une légère intelligence et conscience, il n’est toléré qu’ils puissent poser des questions et développer leur part d’humanité (qu’ils n’ont pas bien entendu, du moins pas du point de vue de leurs créateurs). Son mentor, qui savait raisonner Oink, va pourtant briser le tabou, et se dresser pour dire NON, plus jamais il n’obéirait, plus jamais il ne croirait aux mensonges des hommes, son destin est scellé, et son sacrifice sera le déclencheur de l’émancipation de Oink. Cet album peut-être pris de manière très simple comme une histoire rythmée et violente, comme on peut l’apprécier pour sa profondeur et la réflexion que l’auteur souhaitait faire partager.

renardecouv

Je relève la tête de mon carton, histoire de respirer un coup, et ô surprise, v’là t’y pas qu’une renarde me file entre les pattes. Mais que fait donc un tel animal dans la boutique ? Vous seriez surpris de savoir tout ce que l’on peut croiser dans la librairie, mais compte tenu de la fourberie de La renarde, rien d’étonnant de la trouver là. La renarde, éditions Casterman, de Marine Blandin (Fables nautiques) et Sébastien Christostome font partie des auteurs qui collaborent au projet « Professeur Cyclope« .

renarde2

La renarde, qu’est-ce que c’est ? ce sont des « Strips », des mini récits de 6 cases qui se succèdent, on y retrouve notre espiègle animal; un chien de garde aux oreilles tombantes sur ses yeux qui risque fortement de virer chèvre à force de se faire avoir; un cheval de labour dans son enclos qui aspire à la liberté, mais qui reconnait tout de même qu’avoir un toit et un repas assuré chaque jour cela à du bon; une lapine qui dépérit à vue d’oeil, à force de voir sa progéniture finir invariablement dans le ventre de son prédateur; un chasseur… comment dire, ce n’est pas qu’il est malhabile, c’est juste qu’il a à faire à plus intelligent que lui.

renarde4

renarde3Laissez vous donc distraire par cet âne psychotique qui ne cesse de braire, par ce loup qui n’en mène pas large, voire même frise la crise cardiaque à chaque approche de La renarde, aurez vous une once de sympathie pour les deux derniers représentants de leur espèce (du moins sur le dos de notre animal), Bud et Terrence, deux puces qui tentent de survivre au jour le jour. Et puis si vous y prenez goût et que vous souhaitez en découvrir plus sur l’univers du Professeur Cyclope, il ne vous reste plus qu’à aller sur internet.

ruacouv

Bon, après avoir eu comme première idée de chasser l’animal hors les murs, je décide tout de même de la garder au fond du magasin car on s’attache vite à ces petites bestioles et je tâche de me remettre vite fait au travail. Mais apparemment je n’en ai pas fini avec le règne animal…

rua2

Comment ils ont réussi à faire tenir tout ce bestiaire dans un carton, je ne saurai l’expliquer, qui plus est, mais c’est dingue, ils sont armés et ont des gueules patibulaires, on y réfléchirait à deux fois avant de leur chercher des crosses. AAARG! (c’est l’éditeur – mais aussi, peut-être mon dernier râle), Julien Loïs & El Diablo (quel nom machiavélique), viennent de sévir à nouveau avec Rua Viva t1, Noticias. Julien Loïs n’est autre que l’auteur de l’excellent Pas de Panic à Sonic City aux éditions Même pas mal, et El Diablo, c’est à son actif Retropolis, Pizza roadtrip, Monkey Bizness, Un homme de goût… que du bon quoi.

rua1Rua Viva ! un recueil d’histoires courtes des habitants d’une favela, la virée d’une bande de potes qui tentent de squatter une teuf dans un quartier chaud à laquelle ils ne sont pas forcément les bienvenus, attention fumette et alcool ne font toujours bon ménage. Un petit artisan, trop gentil, qui se retrouve coincé entre les caïds locaux et sa femme qui porte la culotte. L’histoire de Coelho, un souffre douleur du quartier qui va trouver LA bonne idée pour ne plus s’en prendre plein la gueule, mais pas sans conséquences pour Escorpiao, la terreur locale… Un album pour ceux qui aiment les histoires rythmées, pour les amateurs d’univers tangents, avec la patte de Julien Loïs, cela donne une sacré ambiance.

prettycouv

Après toutes ces émotions, je me dis que je mérite bien une petite pause, je me dis qu’essayer de pondre un article pour notre site ne serait pas une mauvaise idée, mais je remarque deux étranges gamins qui traînent au fond du magasin. Je ne les ai pas vu rentrer et leur tête ne m’est pas inconnue, mais où donc ai-je bien pu les voir ?

pretty1

Et là, ça fait tilt, ce ne sont pas des clients, mais deux autres personnages qui viennent de sauter hors de leur carton, c’est le retour de deux chenapans, les terreurs qui jaillirent de l’esprit tordu de David Chauvel et de la plume déjantée de mon ami Hervé Boivin: Lili & Winkler.

Ces deux trublions sévirent aux éditions Delcourt et ravagèrent la rédaction avec deux misérables fascicules, mais leur passage à laisser des traces. A n’en pas douter, s’ils ne sont pas membre de la famille Adams, en tout cas ce sont des amis de la famille. Là encore, c’est AAARG ! qui récidive, et quel accroche, Pretty Little Nightmare, for adults & ugly kids only.

pretty2

Si vous n’aimez pas le noir & blanc, passez votre chemin ! Si vous appréciez les enfants sages comme une image, fuyez ! Si vous êtes de la protection des animaux, détournez le regard, car à n’en pas douter, le retour de Lili & Winkler n’augure rien de bon pour les âmes prudes et vous ne ressortirez pas indemnes des frasques délurées et violentes du mal incarné que représentent ces deux jumeaux maléfiques qui errent dans les rues. Cachez vos enfants et vos éléphants, craignez les chimpanzés, si vous trouvez que je raconte n’importe quoi, surtout n’ouvrez pas cet ouvrage. Mais si par contre vous souhaitez glisser subrepticement dans la folie, si vous ne croyez plus dans les valeurs de la société actuelle et que vous désirez vous tourner vers le côté obscur, tentez votre chance… et à vos risques et périls.

nobodycouv Je crois que ma fin est proche, comment est-il possible qu’un paisible travail de libraire me fasse basculer dans la folie, tel Cisif, à peine ai-je l’espérance de croire que je vais me sortir de cet amoncellement de cartons qui traînent un peu partout dans la librairie, qu’un transporteur, le sourire au lèvres, me déverse une nouvelle vague d’ouvrages, et là je bascule: bienvenue En Enfer avec Dante, mais pas sans un passage au préalable dans le cimetière où réside Nobody Owens.

nobody4

Derrière les grilles du cimetière, lieu mythique empli de mystère et de superstitions, vit un jeune garçon. Comment est-il arrivé là ? De sa plume, Neil Gaiman nous raconte sous les traits de P. Craig Russel, L’étrange vie de Nobody Owens aux éditions Delcourt.

L’un des maîtres du récit fantastique et onirique sévit une nouvelle fois. Nobody, jeune survivant du dernier massacre perpétré par Le Jack. Sa famille décimée, Nobody, alors qu’un bébé, s’est glissé hors de son lit clos, et est parti flâner en dehors de la maison. C’est fout ce qu’un enfant de cet âge est capable de se carapater loin du regard des adultes m^me si ce n’est qu’à quatre pattes, et c’est dans le cimetière voisin qu’il vient sans le savoir de trouver refuge.

nobody3

Nobody va être recueilli par les résidents fantomatiques du cimetière, un lieu qui, aux yeux des mortels, semble être l’endroit idéal pour son dernier repos, n’est autre qu’un lieu plein de non-vie fantômes, sorcières, goules et autres créatures bizarres. Après avoir étés suppliés par sa défunte mère et un grand conciliabule, un couple de fantômes va accueillir dans son giron Nobody Owens, et lui trouver également un tuteur en la personne de Silas le vampire, seule autre créature tolérée parmi les spectres en plus du jeune garçon. Plusieurs récits se succèdent, dévoilant les aventures fantastiques qui sont le quotidien du garçon. Neil Gaiman est un génie, encore une fois il sait nous enchanter avec un univers étendu, et P. Craig Russel qui travailla déjà avec lui pour Sandman ou bien Coraline, dévoile encore ses talents pour l’adaptation en bande dessinée du roman originel.

enenfercouv

Et donc, après m’être retrouvé dans un cimetière, me voilà basculé directement en enfer avec cette adaptation en bande dessinée de L’enfer de Dante Alighieri par Michael Meier aux éditions Casterman.

enenfer1

Là on touche le fond si je puis dire, cette version complètement barrée de cette oeuvre culte permettra à beaucoup de la découvrir. C’est drôle et décalé tout en respectant l’oeuvre et l’esprit originel. Sachez qu’à l’époque L’enfer était le roman le plus lu (et le plus controversé) juste derrière la Bible. Ici, l’auteur jongle avec des références modernes histoire de dynamiser son récit et donné des références à un lectorat du XIXe siècle (et oui déjà). Dante se voit octroyé un guide de choix en la « personne » de Virgile, mais sous la forme d’un chacal, et il va parcourir les 9 cercles des enfers et tenter d’y survivre. Y survivre ? Mais si on est aux enfers, est-on encore vivant, seul le maître des lieux serait susceptible d’y répondre.

Et puis voilà que j’ouvre les yeux, me serais-je assoupi sur mon lieu de travail ? Non c’est pas possible, cela doit être le surménage, ou bien à force de lire des histoires aussi déjantées, merci aux auteurs, il semblerait que je perds pied avec la réalité. La suite aux prochaines aventures.

Une symphoniiiiiie.

catchcouvLa République du Catch de Nicolas De Crécy, aux éditions Casterman. C’est pour moi toujours un bonheur de replonger dans l’univers déjanté de Nicolas De Crécy, il suffit d’accepter de côtoyer des chiens garagistes, des éléphants de mer maire, des Orgues de Barbarie qui permettent de voir la vie en rose, et hop on est parti à l’aventure, pour le sommet des montagnes comme pour New-York sur Loire.

catch3C’est par Le Bibendum Céleste et Léon La Came (pré-publié dans le magazine (A-SUIVRE) en 1994/1995) que je découvris Nicolas De Crécy, les bouleversements ne cesseront de s’enchaîner à chaque découverte d’une nouvelle création de l’auteur. Son dessin et ses ambiances sont génialement fous, que ce soit par le Noir & Blanc ou bien par la couleur, cela ne l’empêche jamais de charger d’une infinité de détails chacun de ses décors, les villes sont tentaculaires, les machineries qui dépassent de-ci de-là laissent à penser que la ville n’a de cesse de s’agrandir en se reconstruisant sur elle-même indéfiniment.

catch7

Mario n’est pas de ceux dont on sent spontanément qu’ils font parti de ceux qui ont l’étoffe des héros. Il est petit, dégarni, rabougri, et porte à ses pieds minuscules des souliers garnis et, comble de ses soucis, il n’a qu’UN ami. Si certains s’en contenterait, surtout qu’il s’agit très probablement du meilleur ami que l’on puisse souhaiter. Attention petite parenthèse, ce n’est pas parce que c’est un manchot que je dis cela, c’est en tenant compte de la qualité de son amitié (si on peut la quantifier bien entendu). Enfin bref, Mario est en manque d’affection. S’il a bien trouvé celle qui fait vibrer son coeur, la belle Bérénice, il se trouve que la-dite « belle » est éprise d’un catcheur qui n’est autre que le champion en lice, et si Mario n’a pas plus de charisme qu’un plombier, le catcheur lui n’est autre que l’homonyme d’Arès le dieu guerrier.

catch5

Bienvenue à la république du catch, il n’y paraît pas comme ça, mais Mario n’est pas n’importe qui quand même, c’est sa famille qui régit la ville et toute l’industrie du catch, ses cousins Silvio, Rodrigos, Enrico et …Enzo, on ne se méfie jamais assez des bébés, surtout lorsqu’ils sont suffisamment précoces pour diriger la mafia locale.

catch1

Mais Mario se désintéresse de tout ce business, et c’est à l’héritage que ses parents lui ont laissé, un magasin de pianos, qu’il consacre tout son temps et son attention, ainsi que pour son ami qui vient y jouer tous les jours, le fameux manchot. Le talent de son ami le ravi, c’est chaque jour une symphonie, qui une sonate, qui un morceau choisi d’un opéra, l’animal enchaîne à chaque fin de récital.

catch4

Or voilà qu’aujourd’hui Enzo a convoqué Mario, l’opportunité de peut-être se faire remarquer par Bérénice ?

catch2

une chose est sûre, il va se passer de bien curieuse chose au cours de la nuit, et certains n’en sortiront pas indemnes. Il sera intéressant pour le lecteur de bien lire tout ce que Nicolas De Crécy a écrit à la fin de l’ouvrage sur sa création originale. Cette histoire est tellement dynamique, drôle et rocambolesque que très vite j’ai regretté de ne pas avoir préparé un petit fond musical pour accompagner ma lecture, une petite sélection de quelques titres de piano, qui auraient pu amener une touche un peu plus surréaliste, d’autant plus que lorsque l’on connait les talents et les idées d’animations de Nicolas De Crécy, j’étais persuadé qu’à un moment ou un autre, j’allais me retrouver projeté dans l’un de ses délires, notamment à cause des scènes où le manchot se lance dans un morceau entraînant, à tel point qu’il prend réellement la route.

gorillacouv

Frank Cho (un grand homme) a dit un jour à son lectorat, comment réaliser une Bande Dessinée, en un strip de 6/8 cases dans le tome 1 de Liberty Meadows, lorsqu’il se représente en tant qu’auteur, c’est sous les traits d’un chimpanzé, on le voyait donc devant sa table de travail décrire toutes les étapes sans pour autant bouger de quelque façon que ce soit, jusqu’à la case finale où un chimpanzé énervé comme c’est pas permis, s’énervait et mettait tout à sac. La conclusion qu’il en tirait était la suivante: « Et si vous n’arrivez pas à enchaîner toutes ces étapes, dessinez un singe cela fait toujours plaisir. »frankcho

Eh bien voilà des auteurs qui l’ont écouté: Simon Spurrier & Jeff Stokely. L’un voulait faire de la S.F., l’autre souhaitait faire un Western, un 3e exigeait dénoncer notre société de consommation et notre dépendance aux médias télévisuels, un 4e trouvait super noble l’idée d’aborder le suicide chez les jeunes et pour les autres, leur coeur balançait entre le tueur à gages à 4 bras, Arnold Schwarzenegger en travesti, des entités élémentales qui défendent la planète ou encore un recueil d’histoires drôles avec comme gag récurrent, un gars qui vient clore chaque récit en butant d’une balle dans la tête l’un des protagonistes.

gorilla1

Face à tant de troubles, l’idée a émergé, on garde le tout… ET… on rajoute UN GORILLE, et ouais mon gars, THE CONCEPT, le truc ultime qui va déchirer tout. Il va sans dire que tout ceci bien entendu est de la pure fiction, sinon c’est totalement fortuit que j’ai deviné les dessous de la création (voire de la créature) Six-Gun Gorilla, publié en France par Ankama.

gorilla3

Bleu-3425, ce n’est pas un code quelconque afin de gagner un voyage organisé avec vos chips préférées, NON, c’est le nom de notre personnage principal. Bleu-3425 ne mérite pas que l’on connaisse son identité, c’est de la chair à canon, à savoir qu’il fait parti d’une certaine catégorie de personnes qui n’ont plus envie de vivre, mais qui n’ont pas passé le cap de se foutre en l’air. Il se trouve qu’actuellement, 2 pays sont en guerre, ce conflit perdure depuis un certain temps et ne semble pas trouver d’issue avant un long moment.

gorilla6

Cette société n’est pas si éloignée de la notre, et il se trouve que la télévision y a une place importante également, du coup on a la possibilité de suivre les conflits en direct, de parier, de commenter… Et, pour Bleu-3425, c’est l’opportunité d’assouvir son besoin pressant de mettre fin à ses jours tout en bénéficiant d’une rémunération qu’il peut adresser à/aux ayant droit testamentaire qu’il aura désigné. Les « Bleus » sont reliés en permanence au réseau média, tout ce qu’ils voient, disent entendent, est systématiquement rediffusé en direct à l’écran, grâce à une caméra reliée entre l’oeil et le cortex.

gorilla4C’est parti, à peine débarqué du vaisseau de transport, Bleu-3425 est livré à lui-même, en première ligne bien sûr, la chair à canon on s’en débarrasse le plus vite possible, mais les règles sont claires, on ne peut pas s’exposer et rechercher la mort volontairement, il faut prendre part au combat (avec un l’équivalent d’un pistolet à bouchon, à 1 coup, mais bon, on ne va pas gâcher…)

gorilla5

Mais voilà, comme vous vous en doutez, tout ne va pas se dérouler comme prévu. Déjà, il n’est pas rare que face à l’immédiateté de la mort, même pour quelqu’un qui souhaitait mourir, l’on ait un petit sursaut de goût de vivre, et donc quelques hésitations. Il n’empêche que Bleu-3425 ne va pas s’éloigner de la zone de combat, et en portant secours à un général grièvement blessé, il va se retrouver chargé d’une mission: apporter la montre du général, symbole de l’amour vrai qu’il a vécu pendant quelques dizaines d’années, au poste retranché, et qu’ainsi l’objet soit retourné vers la femme aimée.

gorilla7

Bon. Que le général ne soit pas réellement marié (cela vous l’apprenez très rapidement, rassurez vous je n’en suis qu’à la 8e page), ça Bleu-3425 ne pouvait pas le savoir. Que la montre ne soit pas si unique en son genre et ne soit chargée d’autant d’émotion que l’on voulait lui faire croire, ça non plus il ne pouvait s’en douter. Il n’empêche, qu’il décide de mener à bien sa mission, puis il repartira, tout guilleret vers son funeste destin. En chemin il croisera un bon nombre de personnages qui ne lui voudront pas que du bien, mais dans le lot, surgira: Six-Gun Gorilla.

gorilla2

Un gorille monumental, dans toute sa splendeur, qui a dû casser la gueule à Clint Eastwood afin de lui piquer son poncho, armé de deux « 6 coups », qui, contrairement aux croyances locales qui veulent que, aucune, je dis bien AUCUNE, arme à feu ne fonctionne, et bien celles-ci, elles tirent correctement, et font de sérieux dégâts. La suite de l’aventure, vous la découvrirez en la lisant, ce one-shot est terrible, terriblement drôle, riche, fun, plein de surprises et de profondeur.

 

Soucoupes: Un certain homme d’un 3ème testament rose de joie profond.

certaincouvDécidément; les titres de ces chroniques ne veulent plus rien dire avec le temps. Approchez ! Approchez Mesdames & Messieurs ! ils sont beaux, ils sont frais mes albums. A peine sortis de chez l’imprimeur qu’ils nous ont tout droit été menés à dos de triporteur,et oui ma bonne dame, le char à boeufs c’est dépassé, en tout cas il se faisait beaucoup dépasser et les nouvelles n’étaient plus d’une grande fraîcheur, et puis aujourd’hui nous sommes à l’air écolo, nos triporteurs nantais sont électriques et du même coup silencieux… oui mais lorsqu’il faut tout de même déplacer l’équivalent de 2 ou 3 palettes et les porter du vélo jusqu’à la boutique, on peut distinguer le doux râle du transporteur qui commence à maudire les beaux jours et le retour des grandes chaleurs.

certain3

Les grandes grandes chaleurs, nous allons y avoir le droit, et croyez moi, cela va cogner. Christian Lax, le retour, seul aux rênes de ce fier destrier qu’est Un certain Cervantès qui sort des écuries Futuropolis. Un pur-sang est lâché en librairie, une histoire en un-coup, un road-trip dans les grandes étendues américaines, une quête qui n’apparaîtra qu’aux yeux de Mike Cervantès, le genre d’histoire que l’on écoute, halluciné, doutant de la véracité des propos du narrateur, un petit peu comme pour le film ô Brother des frères Coen, quand on assiste en tant que spectateur à la scène, tout parait crédible ou justifiable, lorsque l’on vous raconte ce qui s’est passé, on y croit pas une seconde ou bien on s’inquiète pour la santé mentale du narrateur.

certain1

Mike Cervantès, américain moyen, a bosser pendant un temps comme figurant dans une espèce de parc pour touristes souhaitant découvrir le Far-West. Il a toujours eu du mal a s’intégrer, à gérer les abus d’alccol ou de Marijuana, et après quelques petits séjours de détentions ou de dégrisements, le voici en mission pour l’oncle Sam en Afghanistan. Son véhicule tombe dans une embuscade, il est le seul rescapé et se retrouve aux mains de ses ravisseurs, attendant une éventuelle rançon. Mike est blessé à la main, la gangrène le guette, mais qu’à ne cela ne tienne, la perspective de pouvoir s’échapper l’aide à tenir. Pourquoi une telle mise en matière de la part de Christian Lax ? En présentant Mike de la sorte, l’auteur introduit également le parcours de Miguel Cervantès, qui lui aussi, au cours des croisades, connu la détention, la mutilation de sa main, les tentatives d’évasion, le temps à la réflexion.

certain2

Mike va rentrer à la maison, tenter de se réintégrer dans la société, retrouver l’usage de sa main perdue à l’aide d’une prothèse, il aura essayé… A partir de là, c’est avec l’oeuvre de Miguel Cervantès, Don Quichotte de la Mancha, et le parcours grand-guignolesque de son personnage Don Quichotte, qu’il faut faire un parallèle avec le chemin que prend Mike. C’est une course éperdue dans l’Ouest Américain, un récit fort, écrit avec une grande habileté, décrivant avec justesse les moments de lucidité et ceux de dérive de Mike, ses discussions avec Miguel, y’en a qui font des grossesses nerveuses, Mike lui fait son Don Quichotte nerveux. Une très grande qualité d’écriture et un très beau rapport à l’oeuvre d’origine, une belle façon d’une nouvelle fois nous dépeindre l’âme humaine.

soucoupescouv

Et lorsque l’on veut étudier l’âme humaine, qu’en est-il de l’avis de spécialiste du genre, tels nos amis les extra-terrestres ? Si souvent boudés, niés, décriés, il n’empêche qu’il y a un paquet de gens à prétendre avoir eu une sonde dans le …fondement, et personnellement ce n’est pas le genre de secret que je partagerai en premier avec des inconnus.

soucoupes5

Soucoupes de Obion & Le Gouëfflec, aux éditions Glénat. Cela commence toujours de la même manière, on prépare tranquillement le thé et les petits gâteaux sur le plateau, on prend la direction du salon en prenant garde de ne pas oublier les patins afin de ne pas rayer le parquet, on rejoint maman, coincée devant la télé, le chat sur les genoux et le châle sur les épaules, et CRAC !! Vl’à t’y pas qu’un olibrius vous annonce que nous vivons gnagnagna un moment historique gnagnagna sans précédent gnagnagna extraterrestre gnagnagna bienvenue… Christian n’en a cure, les extraterrestres d’accord, mais du moment qu’ils restent chez eux.

soucoupes2

Christian a eu une idée arrêtée sur tout, pas de mauvaises surprises, pas de niaiseries ni de rêveries: « Les étoiles c’est pour les gogos ». Dans sa boutique où tout est bien rangé, bien ordonné, un de ces fameux extraterrestres vient de rentrer, et ses premières paroles ont déjà dont d’exaspérer Christian, venir sur terre, rentrer chez le premier disquaire venu et lui demander tout de go: « Est-ce que vous avez de la musique terrienne ? » Non mais, où va le monde, je vous le demande… non mais je vous le demande réellement, où va le monde ?

soucoupes1

Il est important pour moi de vous préciser dès à présent que dans notre histoire l’extraterrestre ne s’adresse jamais à vois haute à Christian, le lecteur peut comprendre aux remarques de Christian que celui-ci mène une discussion avec son interlocuteur mais assiste à ces échanges ponctués de silence.

soucoupes3

Si la curiosité est un vilain défaut, on va dire que pour Christian, celle de son nouvel ami lui a permis de susciter un nouvel engouement et une nouvelle vision de l’esprit du monde qui l’entoure. Nous voici en présence d’une oeuvre drôle, qui sent bon le français moyen, celui qui transpire gras sous le bras, celui qui tient des propos malheureux parce qu’il s’est caché trop longtemps dans son ignorance.

Il y eu Rencontre du 3e type, E.T., Alien, Men in black, Mars attack… il y aura désormais: Soucoupes.

Dans les rencontres improbables, il y a également la réédition de Rose profond, de Dionnet & Pirus aux éditions Casterman.

rosecouv

rose1Rose profond, comment vous dire… Rose profond, ce n’est vraiment pas pour les enfants, oui effectivement avec sa belle couverture rose, grand format qui la fait dépasser de n’importe quel rayonnage, un personnage tellement cartoonesque qu’il capte d’un seul coup votre regard, si tout ça parle au petit garçon qui est en vous, celui qui répond, c’est bien le même petit garçon qui a lu et apprécié le Pinocchio de Winshluss. Celui qui a fait croire à mamie que Idées noires de Franquin était un album de coloriage pour les petits à partir de 5 ans.

Si en ce moment vous enchaînez Rose profond & Billy Bat, une chose est sûre, vous ne percevrez plus de la même manière la période de gloire des débuts des dessins animés américains.

rose2Malcom, est LE héros du pays rose, depuis déjà plus de 50 années, il rythme la vie de ses habitants avec ses aventures, icône de la bravoure, du combat contre l’injustice, dernier rempart contre le fascisme, Malcom a fait rêver plusieurs générations d’enfants.

rose3Mais voilà, ce soir, Malcom a envie de baiser, et ouais, elle aura beau minauder le petite Mimi, mais depuis 50 ans qu’elle lui promet le repos du guerrier tant mérité, ça fait 50 ans que rien, nada… Et Malcom va se servir, il va en prendre du rab et le réveil, ou plutôt la descente va être sévère, s’en suivra l’exil puis, la révélation et le jugement.

joiecouv

Un homme de joie, t1-La ville monstre de David François & Régis Hautière, un récit en 2 tomes chez Casterman.

joie1

Sacha Stasevytch Bujak, fraîchement débarqué d’Ukraine à New-York, c’est plein d’espoir qu’il vient tenter à son tour le rêve américain. Pour s’en approcher et franchir la douane, il avait en poche l’adresse d’un membre de sa famille qui pourrait l’héberger, mais ces belles promesses sont bien plus dures à tenir qu’à faire, et Sacha ne peut rester dormir là. Fort heureusement les réseaux communautaires se mettent souvent en place facilement et on se sert les coudes.

joie2

Ses pas vont le mener sur des sommets, les sommets de buildings qui se développent et les chantiers c’est pas ça qui manquent, seulement, Sacha n’arrive jamais à dégoter un job. C’est au hasard d’une ballade nocturne qu’il va croiser le chemin de Tonio. Sous ses airs de dandy, Tonio trempe dans des affaires qui ne semblent pas toutes légales, cela n’empêche que maintenant, lorsque Sacha se présente sur un chantier, sa place est garantie, mais pour ça, il a fallu se syndiquer. Et oui le milieu du syndicat et celui du crime organisé ne sont pas si éloignés dans l’Amérique des années 30′. Sa rencontre avec Lena & Magda, deux perles jumelles qui égayent le monde de la nuit, ne va pas le laisser de glace,l’homme de main occasionnel qu’est devenu Sacha est tombé amoureux.

troisiemecouv

troisieme1Julius IV, Le Troisième Testament, l’une des séries cultes des éditions Glénat est toujours en cours, avec son 4e album, le deuxième cycle en est à son avant-dernier tome. Il y avait Xavier Dorison aux commandes avec Alex Alice sur l’histoire d’origine, après un passage au dessin sur le premier tome de Robin Recht, nous apprécions le travail et sommes heureux de retrouver Thimothée Montaigne, c’est le troisième volume de la série qu’il dessine, ça déchirait tout dès le premier essai, il ne fait qu’une nouvelle fois nous confirmer son talent. Sa collaboration avec Alex Alice est une véritable aubaine pour les lecteurs, les deux hommes alliant leurs connaissances et leurs talents.

Julius, les origines du Troisième Testament prennent pieds après la mort du Christ, certains prétendent qu’il va revenir, d’autres sont persuadés que l’élu ne s’est pas encore présenté. A milieu de ces bouleversements culturels, nous avons Julius, général romain, grand conquérant et qui revient une nouvelle fois, triomphant dans les rues de Rome.

troisieme3

troisieme2Trahisons, complots, ambitions… telles sont les nouvelles directives dominantes de Rome, et Julius n’y échappe pas, il est même l’instigateur de le prochaine rébellion, mais la suite des événements vont le conduire dans la pire prison de l’empire, une mine de souffre perdue au milieu du désert. Il y retrouve ce chrétien, celui qui semble intrinsèquement lié à la destinée de Julius, et si plusieurs voient en lui un meneur, tous n’ont pas la même vision de la voie qu’il doit prendre.

Ce quatrième tome va vous secouer mes beaux ! Ah çà, il va y en avoir de l’action, des révélations, on reste bouche bée à la fin de sa lecture et on se demande… on se demande.

Non franchement, Alex Alice nous sort un album pareil, tout s’écoule à un rythme idéal, on a l’impression de prendre notre temps, d’en apprendre un sacré morceau de l’histoire, de voir la destinée de chacun prendre forme, et il nous laisse là, en se disant « Mais qu’est-ce qui va bien pouvoir nous mettre dans le dernier tome ?!! ».

troisieme4

Et Thim‘ mon frangin, tu sais que ce n’est pas parce que l’on est potes que je te ferais des fleurs, loin de là, mais sacré nom de dieu mon salaud ! Je reconnais que j’ai de loin une préférence pour le N&B et que les tiens sont à tomber, mais la mise en couleur ne gâche pas ton boulot. Je me suis pris une nouvelle grosse claque et le pire c’est que j’en redemande.

On s’évade !

voleurlivrecouv

Il existe différentes opportunités de s’évader; on peut le faire physiquement, je pense au milieu carcéral bien entendu, mais également de son quotidien, un besoin de s’éloigner de son univers professionnel ou de son milieu de vie, et il existe également l’évasion spirituelle, et les arts sont bien souvent propices à cette opportunité.

voleur2En voilà un qui risque déjà de finir en taule avec sa fâcheuse tendance à piquer des bouquins en librairie, c’est mal, mais chez lui c’en est presque maladif, mais aujourd’hui Daniel Brodin va passer un cap au-dessus. Nous sommes dans les années 50′ à Paris, le personnage principal du Voleur de livres de Alessandro Tota & Pierre Van Hove, aux éditions Futuropolis accompagne Nicole de l’université qui l’a convié au café Serbié, lieu de rencontre pour les auteurs qui ont fait les grandes heures du café de Flore, Sartre en tant d’autres. Il s’y déroule l’une de leur performance, un concours de poésie qui a débuté depuis la veille, ils ont toujours en quête de la création artistique à son paroxysme, dans l’esthétisme qui reste toujours loin du commun des mortels, car il ne faut pas croire, mais dans le milieu culturel, on a toujours un peu trop tendance à penser que les gens du peuple sont trop « cons » pour comprendre la démarche créatrice de l’artiste.

voleur3voleur1Et si la poésie devait naître pourtant de la rue, pour démontrer que la force brute des mots provienne de la condition des gens ordinaires, c’est à cette apostrophe que Daniel va se lever de sa chaise et « improviser » devant cette assemblée qui va être subjuguée par son texte. Mais voilà, le voleur de livre vole également dans la créativité d’autrui, et pour son malheur, quelqu’un parmi la foule n’est pas dupe, et connait lui aussi cet obscur ouvrage de poésie italienne, écrite par des aliénés et qui n’a jamais été traduite en français. Il ne va pas être dénoncé, son interlocuteur préférant s’amuser de ce que le nec plus ultra de l’intellect français, et parisien de surcroît, vient de se faire ballader (la faute d’orthographe est volontaire pour faire un jeu de mot avec le style poétique). Par la suite Daniel va croiser d’autres artistes, plus subversifs, qui désirent tout chambouler, anarchistes jusqu’au bout des ongles ? Peut-être pour certains, mais la rançon du succès de leur outrecuidance les amène parfois à se fondre dans le moule, à voir avec cet ersatz de Gérard Depardieu…

echappéecouv

Gregory Mardon a réalisé il y à quelques années ce qui reste pour moi l’un des meilleurs récits médiévaux que j’ai eu l’occasion de lire en Bande Dessinée: Le fils de l’ogre aux éditions Futuropolis; il a d’autres albums dans sa musette mais le voici aujourd’hui, encore chez Futuropolis avec un récit fort en un seul volume, sans paroles qui se découpe en trois parties distinctes: L’échappée.

echappee2

L’on y découvre un homme, un architecte, qui déambule dans notre société, accaparé par son travail et ses responsabilités, il déambule dans le rythme effréné de la vie au beau milieu de notre société de consommation. Les images se succèdent, se multiplient et se télescopent, et c’est par mégarde qu’il va perdre ses papiers et sa carte bancaire dans le caniveau: comment se retrouver hors jeu en une leçon.

Il décide de s’extirper de cette vie trépidante, sortir des sentiers battus et de la foule, ses pas le mènent vers la mer et il décide de prendre la mer à bord d’un navire qui va connaître une tempête dantesque.

echappee3

Il va connaître un naufrage et s’échouer sur une plage déserte, surplombée par un pic escarpé.

echappee1

A force de tentatives, il va pourtant parvenir à grimper et sortir de la nasse où il se retrouvait prisonnier, c’est ainsi qu’en changeant de contexte qu’il évolue que l’auteur change l’ambiance en changeant de couleur à son récit graphique. Comme je vous l’ai dit, il y a 3 parties distinctes, donc 3 ambiances et du coup un autre rebondissement dont je ne vous parlerai pas.

saisoncouv

Une saison en Egypte de Claire Fauvel, aux éditions Casterman.

Nous sommes à Moscou en 1870, le 2 Mars plus précisément, et aujourd’hui c’est l’anniversaire de Sacha. A 33 ans, ce moscovite vit seul et est empli de morosité, il se dit poète mais n’a pas écrit grand chose, voire rien. Il sort de chez son médecin et le discours de ce dernier ne l’a pas rassuré, son tempérament anxiogène lui fait craindre le pire, mais ce n’est qu’une légère insuffisance pulmonaire qui lui donne actuellement quelques difficultés, son médecin lui préconise donc de se rendre quelques temps dans un lieu au climat plus chaud.

saison1

Ses pas le mènent vers la gare, et sur un coup de tête, il décide de prendre le premier train en partance vers la destination la plus éloignée, direction le Sud.

La prochaine destination est la Grèce, libre à lui d’en profiter pour prolonger vers l’Italie et de là, se rendre en Egypte.

saison3

saison2Sur le bateau qui assure la traversée, il croise le chemin d’un jeune couple de français qui se rendent également au pays des pyramides et des pharaons, c’est ainsi que débute la relation entre Sacha Ivanovitch Andreiev et Alexandre & Catherine Payan.

Alexandre est peintre, et ce voyage est l’occasion pour lui de découvrir une nouvelle luminosité et de nouvelles inspirations pour ses tableaux. Le premier contact n’a pas été des plus enthousiaste, Sacha trouvant le jeune couple assez pédant, mais la singularité de son départ vers un pays dont il ignore tout va faire qu’il va garder le contact avec les français, et c’est ensemble qu’ils vont explorer les rues du Caire.

saison4

Sacha et Alexandre vont, à l’occasion d’une invitation du Cheikh Ahmed, faire la rencontre d’une danseuse qui va savoir les envoûter, AAAAAAHHHHHHHH les charmes de l’orient. Les deux hommes sont sous le charme et chacun ignore l’idylle de l’autre, ce n’est qu’à la disparition d’Asmala danseuse nomade qui vient de repartir vers sa tribu que Sacha apprend leur passion commune, qu’Alexandre est parti à sa suite laissant Catherine seule dans la ville, et qu’il décide de partir à leur recherche. Un récit initiatique, une aventure humaine et dépaysante.

sculpteurcouv

Le sculpteur, de Scott McCloud aux éditions Rue de Sèvres. Une nouvelle fois, cette maisons d’éditions tape fort avec un nouveau grand nom à son catalogue (et ils nous réservent encore quelques surprises). Si vous ne connaissez pas Scott McCloud (non, il ne fait pas parti du clan McLeod), sachez que c’est un monsieur TRES important dans le milieu de la Bande Dessinée et qu’il a fait beaucoup pour en comprendre les codes, apprendre à la concevoir et à projeter ce média dans son évolution possible et la réflexion sur la portée de cet art… Je vous conseille ses 2 ouvrages disponibles aux éditions Delcourt Faire de la Bande Dessinée & L’art invisible.

sculpteur2

Le sculpteur: David Smith est un jeune sculpteur, il a déjà fait ses preuves mais n’a pas eu la chance de percer dans le monde de l’art. Il a rencontré quelques galéristes, mais leur vision du monde de l’art n’est pas vraiment en accord avec sa perception, il a réussi à se les mettre à dos et a maintenant du mal à avoir confiance en lui et rebondir. C’est aujourd’hui son anniversaire, et il prend tranquillement un verre en compagnie de l’oncle de sa mère, s’épanchant sur sa situation actuelle et sur son manque d’inspiration créatrice.

sculpteur3C’est au cours de sa discussion qu’il se rend compte que son oncle, avec qui il discute dans un café devant tout le monde, est mort voici déjà plusieurs années… Tel Faust, son interlocuteur lui demande jusqu’où il est près à aller pour son art et lui propose un pacte afin de réaliser son rêve et être capable de créer: sa réponse ne se fait pas attendre, et sans surprise, il serait prêt à donner sa vie.

sculpteur1

La particularité de son don ? c’est uniquement avec le contact de ses mains qu’il va être capable de remodeler la matière, il va s’évader dans la création, aller au plus profond de son être pour retranscrire, modeler sa sensibilité.

C’est un récit hors norme que Scott McCloud nous offre là, il n’y a pas d’autre mot, la narration est géniale, savamment dosée, il aborde le milieu artistique mais ne s’y appesantit pas, il effleure l’humanité et les failles de son personnage, une oeuvre magistrale, bon peut-être que j’exagère un peu, nous avons été tous 3 très sensibles à ce récit, il captivera un bon nombre de lecteurs mais il y aura toujours une part que cela ne touchera pas, mais il rentre lui aussi dans les incontournables.

meninescouvMon petit dernier, Les Ménines de Santiago Garcia & Javier Olivares aux éditions Futuropolis, cet album sort alors qu’une exposition vient de débuter au Grand Palais à Paris depuis le 25 Mars et qui durera jusqu’au 13 Juillet 2015.

menines1

Une oeuvre originale consacrée à un peintre considéré comme certainement le plus grand peintre par ses pairs, autour d’un tableau qui fut étudié et repris par les plus grand, Dali, Picasso (qui en réalisa 58 variations en 1957) et tant d’autres…

Vélasquez fut remarqué par son talent, inspiré par Michelangelo Merisi di Caravaggio, dit Le Caravage, élève de Herrera qui ne le cantonnait qu’ à des travaux de reprises, ce fut Rubens, Le maître de l’époque qui définit Vélasquez comme Le roi des peintres.

menines3

Ce récit est original, passant d’une époque à une autre, mêlant aussi bien l’histoire contemporaine de l’artiste, vue de son point de vue ou bien des témoignages, changeant parfois de style lorsque l’on s’attarde à l’approche des autres peintres qui découvrirent ou étudièrent ses oeuvres.

menines2

On y découvre la relation singulière qui l’unissait au roi d’Espagne, qui vouait un intérêt hors norme au travail du peintre.

Il ne faut pas s’attendre à un livre qui se veut didacticiel sur le monde de l’art, seulement son approche originale, graphique et narrative en surprendra plus d’un.

Séverine Gauthier a l’art de nous enchanter

hommecouvSéverine Gauthier ? vous ne la connaissez pas encore ? Et pourtant…

Cette scénariste officie notamment dans la collection jeunesse des éditions Delcourt, et c’est à l’occasion de la sortie de 2 nouveaux albums que j’ai décidé de vous représenter certains de ses titres.

homme2

Une première nouveauté, L’homme montagne, qui nous donne une nouvelle fois l’occasion d’apprécier le travail au dessin d’Amélie Fléchais (Chemin perdu, Le petit loup rouge). C’est l’histoire d’un enfant qui vit au côté de son grand-père, son aïeul l’a initié à la curiosité de la vie, au goût de la découverte et du voyage, mais voilà que le poids de l’âge se fait sentir, et pour grand-père, il semblerait que l’ultime voyage soit pour bientôt. C’est un périple qu’il compte faire seul, car cette fois il ne reviendra pas, il lui faut donc expliquer à son petit fils cette séparation, mais celui-ci est bien décidé à l’accompagner. Ce n’est pas une famille ordinaire puisque ce sont des hommes montagnes, et c’est le poids de celles-ci, qui pèsent sur le dos de grand-père, il a du mal à se déplacer et il pressent que cet ultime voyage sera pénible pour lui.

homme1

L’enfant a une idée ! Pourquoi ne pas faire appel au vent ? Un vent capable de soulever des montagnes !! Ce n’est pas n’importe lequel des vents qui est en mesure d’accomplir un tel exploit, seul le plus puissant pourrait les aider, mais voilà, il réside sur la plus haute des montagnes, bien loin de chez eux. Il faut donc parcourir un long voyage pour pouvoir lui demander de l’aide, et le petit garçon devra faire ce voyage seul, son grand-père ne pouvant se déplacer.

homme3

En chemin, il rencontrera: un arbre, qui lui parlera de l’importance d’avoir des racines; des cailloux, qui profitent de la joie de se laisser rouler jusqu’au bas de la pente, des bouquetins aux pieds sûrs qui le guideront dans son ascension… Autant de rencontrent qui l’aideront dans sa progression à la rencontre du plus puissant des vents. Un voyage initiatique qui réserve des surprises et qui tisse des liens, un très beau conte !

haidacouv

Haïda, l’immortelle baleine, au dessin cette fois, c’est Yann Dégruel qui s’y colle.

Nous nous rapprochons du style du conte ethnique, inspiré de la culture amérindienne, le mélange de l’histoire des esprits animaliers qui donnèrent naissance au monde des hommes.

haida1

Nizhoni & Taan sont 2 enfants d’Haïda  Gwaii, le monde qui repose sur le dos de Kùn l’immortelle baleine, c’est grâce à grand-père Ts’ang que les enfants connaissent l’histoire de Kùn, le vieil homme est détenteur des histoires des esprits totems de leur culture. Grand-père enchaîne les récits et incite même les enfants à lui dénicher des récits qu’il ne connaîtrait pas.

Mais que se passe t’il ? Les chasseurs ne peuvent partir car la mer est trop haute, et c’est le même phénomène qui sépara autrefois les villages de leurs ancêtres, va t’il se reproduire la même chose, le village est-l en danger ?

haida3

Taan vaque à ses occupations et ses pas le mènent au bord de l’eau, et là, il va rencontrer une femme peu ordinaire, étrangère au village, elle semble prostrée sur la plage et fuit les vagues qui montent jusqu’à elle, murée dans le silence. Taan va chercher Nizhoni et tous deux retournent sur place, ils retrouvent la femme mystérieuse (qui n’a rien à voir avec notre librairie) à la même place, et pour eux, la suite des événements va  les entraîner dans une bien curieuse aventure.

aristidecouv

4 autres titres au catalogue de Delcourt pour Séverine Gauthier, deux collaborations, l’une avec Jérémie Almanza qui dessinait Aristide broie du noir et Coeur de pierre.

Aristide broie du noir, où comment dédramatiser la peur du noir chez l’enfant. Aristide, petit garçon, très intelligent (trop ?) à tel point que même la maîtresse est obligée de le laisser travailler tout seul dans son coin. Mais Aristide a peur du noir, il passe ses nuits a tromper sa mère par tous les subterfuges possibles pour ne pas se retrouver dans les ténèbres qui recèlent tant de mystères qui le font trembler de peur…

coeurcouv

Coeur de pierre, un petit garçon (encore) naît au mois de Décembre, dans une maison austère, au grand malheur de ses parents, les médecins leur annonce que son coeur ne bât pas car il a un coeur de pierre. Il n’éprouvera donc aucun sentiment, n’éprouvera ni joie ni peine et vivra dans une morosité permanente et ne saura partager avec quiconque d’émotions.

Au même instant, très précisément, naît également une petite fille qui elle, sourit à la vie, à son entourage, les battements de son coeur sont un enchantement: elle a un coeur d’artichaut. Chacun grandit de son côté jusqu’au moment où ils viennent à se croiser…

garancecouv

Garance: Léopold, comme chaque été part avec ses parents en vacances à la mer, et comme chaque année, c’est pour lui l’occasion de retrouver Garance, son amie avec qui il passe tout son temps à s’amuser et profiter de la vie.

Cette année, Garance a décidé de partager son secret avec Léopold, son père ne serait autre que l’homme qui depuis le large de la côte produirait les vagues, et ils partent tous deux en barque à sa rencontre…

monarbrecouvMon arbre: Laurine est une jeune fille qui a grandi à la campagne, elle passe le plus clair de son temps en compagnie d’un arbre auprès duquel elle apprend à observer le monde, comprendre comment la vie fonctionne et se renouvelle, les joies simples du temps qui passe et d’apprécier chaque moment. Lorsqu’un jour elle arrive voir son ami, elle découvre que celui-ci a une croix peinte en rouge sur son écorce que des hommes lui ont peinte la veille…

Les scénarios de Séverine Gauthier ont ce petit truc en plus qui enchante aussi bien les enfants que leurs parents, qui sont fiers d’avoir l’impression de transmettre eux aussi de belles valeurs et de beaux sentiments à leurs bouts de choux. Vous aussi laissez vous séduire par ses belles histoires et peut-être arriverez vous à les lires avec la naïveté enfantine qui parfois quitte le coeur des hommes lorsqu’ils grandissent. FIN.

 

 

Bande Dessinée de reportage et conviction politique

 

blackcouv

Vouloir profiter d’un média comme la Bande Dessinée pour présenter un récit politique, historique ou social peut être un choix judicieux pour capter l’attention du lecteur ou bien lui donner l’opportunité de découvrir ou bien d’approfondir certains sujets. En même temps que sort au cinéma « L’enquête », l’adaptation de L’affaire des affaires, la Bande Dessinée de Denis Robert et Laurent Astier, concernant l’affaire ClearStream, la maison d’éditions Dargaud en profite pour sortir une version intégrale regroupant les 4 tomes de ce récit reportage qui aura bien chamboulé la vie du reporter Denis Robert qui aura consacré beaucoup de temps et de sueur à ce projet; je me souviens notamment du soutien que lui apporta Charlie Hebdo à l’époque de ses premières révélations alors que le milieu journalistique avait plutôt tendance à le lâcher de toutes parts.

black2 Black is Beltza (noir est noir, beltza-noir en Basque), un récit de Fermin Muguruza, Harkaitz Cano et Dr. Alderete, coédité par Bang ediciones & Talka records&films. Un projet peut-être pas évident graphiquement pour le grand public, mais encore une fois je ne saurais trop que vous vous conseiller d’aller au-delà de votre première impression.

black1

Nous sommes en Octobre 1965 à New-York, comme encore maintenant, par manque d’évolution des mentalités, il se trouve que les géants de Pampelune devaient défiler dans les rues de la ville, mais compte tenu de la discrimination raciale, les 2 géants noirs sont interdits de défilé. Manex, l’un des porteurs, basque est révolté du manque de solidarité des autres artistes, il décide de flâner un peu et ses pas vont le mener jusqu’à Harlem et jusqu’à l’Apollo Theater pour le concert de James Brown; James brown ladies & gentlemen !!!!!! Il va faire quelques rencontres intéressantes, des personnes engagées politiquement et autres qui vont l’amener vers une nouvelle vie.

black3black4Par amour et par conviction, il va voyager de par le monde et se retrouver dans les différents réseaux de résistance, de combats d’indépendance, croiser Castro et Le Che à Cuba, participer au festival de Monterey et connaître le mouvement Hippie, écouter Jimi Hendrix, partir pour l’Algérie…

L’idée est entre autre de dévoiler comment les réseaux se sont mis en place et pouvaient être reliés entre eux. Ce n’est pas dans l’album, mais déjà les membres de l’I.R.A. ou de la United Red Army japonaise et tant d’autres, allaient se former au Moyen-Orient. On suit un parcours riche en expériences on revit l’Histoire et un grand nombre de sujets évoqués dans cet album parlera d’une façon ou d’une autre à n’importe quel lecteur. Un projet qui m’a beaucoup parlé et que je vous recommande chaudement.

vaincuscouv

Vaincus mais vivants, Chili 1973, de Loïc Locatelli & Maximilien Le Roy aux éditions Le Lombard. Pourquoi je fais le choix d’une telle chronique, en dehors de mettre en avant des ouvrages qui m’ont plu, pour différentes raisons, c’est aussi pour le travail de mémoire mais également pour celles et ceux qui n’ont pas connu ou vécu ces époques. Salvador Allende, président socialiste, qui a accédé au pouvoir démocratiquement, fut évincé par le général Pinochet, il refusa que ceux qui le soutenait se sacrifient face aux forces militaires, il fut un exemple et une épine dans le pied de bien des gouvernements et il y eut beaucoup de suspicions concernant une ingérence de la C.I.A. concernant son renversement.

vaincus2Vaincus mais vivants, c’est avant tout l’histoire de Carmen Castillo, de ses compagnons et de ses rencontres, Miguel Enriquez, Régis Debray… comment elle s’est retrouvée exilée et l’on ne peut imaginer l’émotion qui a dû la gagner lorsqu’elle a enfin pu remettre les pieds dans son pays. Plus que de la Bande Dessinée de reportage, c’est un travail de mémoire que les auteurs nous offrent là, et non seulement cette histoire est à lire, mais elle est à partager.

vaincus1

De 1962 à 1987, des bancs de la faculté au retour sur le lieu de l’assassinat de son compagnon, nous suivons Carmen, alors étudiante elle écoute et admire Beatriz Allende (la fille de Salvador), elle partage au cours des soirées estudiantines les idées « révolutionnaires » ou plutôt militantes pour un désir de démocratie, mais si ses amis envisagent la révolution, ils se retrouvent confrontés au désir de Salvador Allende d’accéder au pouvoir par les urnes et non par la force. S’en suivra le combat et la résistance dans l’anonymat, les déménagement incessants, les arrestations ainsi que la torture. Carmen sera exilée, Pinochet n’ayant pas d’autre choix vu la pression internationale et le soutien qu’elle obtiendra, elle se réfugiera en France jusqu’à son retour des années plus tard sur les lieux du drame.

fridacouv

Frida Kahlo, Pourquoi voudrais-je des pieds puisque j’ai des ailes pour voler? collection Mirages aux éditions Delcourt. Jean-Luc Cornette & Flore Balthazar vont nous dépeindre (bien sûr puisque elle s’agit d’une artiste) une partie de la vie de Frida Kahlo, il eu été trop simple de revenir une nouvelle fois sur son parcours artistique, et je ne l’aurais pas joints à cette chronique.

frida1

En dehors de sa carrière de peintre, nous allons nous concentrer sur une période singulière de sa vie, lorsqu’elle côtoya Léon Trotski, forcé à l’exil, c’est au Mexique, seul pays à avoir accepté de le recueillir, qu’il arriva afin d’y rester 4 années avant d’être assassiné.

C’est une histoire à 3 voix, Frida, son époux Diego Rivera et Léon Trotski, une histoire passionnelle, un engagement politique, une approche artistique. Une nouvelle fois on découvre que l’Amérique du Sud a été un endroit propice à la défense d’idées révolutionnaires et socialistes, que bon nombre d’intellectuels se sont rendus là-bas et ont échangé pas mal d’idées.

100couv Delphine Le Lay & Alexis Horellou, les auteurs de Plogoff (un village de Bretagne face au nucléaire, chronique d’une résistance populaire) sont de retour avec un nouveau récit engagé, en compagnie de Marion Boé: 100 maisons, La cité des Abeilles; toujours aux éditions Delcourt.

1001

Cette histoire a débuté en 1950 à Quimper, eh oui nous restons chez les Bretons, la guerre a fini il y a peu d’années, le pays se reconstruit petit à petit mais la situation n’est pas rose pour tout le monde: crise sociale, crise du logement… la vie suis son cours péniblement.

Mais voilà ! Victor rentre chez lui tout guilleret, il bondit partout et sa femme a bien du mal à le calmer afin de savoir de quoi il en retourne. Un projet émergeant aurait pour but de lancer la construction d’une nouvelle cité permettant à moindre frais, mais avec la contrepartie de la participation de chacun aux travaux, de terrassement, de monter les murs… enfin tout quoi.

plogofcouv

Mais ce n’est pas tout, ce n’est pas seulement l’opportunité d’avoir sa maison et puis basta, l’idée est d’aller plus loin et de rapprocher chacun, un élan de solidarité à grande échelle et qui perdurerait dans le temps pour la vie de chacun. Une bien belle idée qui ne se fera pas en 1 jour et qui ne sera pas sans quelques petits désagréments. Mais ce projet est bien réel et a fêté ses 60 fin 2014.

choixcouv Et je termine (enfin) avec ce dernier titre: Le choix, de Désirée & Alain Frappier, aux éditions La ville brûle, en partenariat avec Le planning familial.

Les deux auteurs avaient déjà réalisé un album remarquable, Dans l’ombre de Charonne, un témoignage bouleversant sur les événements lors des manifestations de Paris, en pleine guerre d’Algérie, d’une femme qui s’était retrouvée bloquée sous les corps devant l’entrée du métro Charonne, et qui s’était vu dénigrée, compte tenu de la position des médias et du gouvernement qui, à l’époque, niaient la réalité des victimes.

choix1

Compte tenu de ce qui c’est passé il n’y pas si longtemps en Espagne, au Maroc, ou encore la position de certains hommes politiques, il est de bon ton de revenir sur le droit à l’avortement. Il est certaines lois, ou certains combats qui datent depuis si longtemps qu’un grand nombre ignore ce qu’il en à été et ce qu’il en à coûté d’obtenir des droits ou une reconnaissance de certains problèmes. « Oui mais, bon ce ne sont que des femmes, et puis elles l’ont bien cherchées, ou elle était consentante… » Le nombre d’inepties qui ont pu être dites. La « loi Veil » a changé la destinée d’un grand nombre de femmes.

choix2  Cet ouvrage va au travers du parcours d’une jeune femme revenir sur l’histoire de cette avancée humaine et sociale, aborder le parcours personnel, le débat national, les discussions en petit ou grand comité. Il met en avant diverses personnalités à travers ces dernières années, montre les arguments qu’il a fallu donner pour convaincre du bien fondé de ce droit.

Les auteurs vont souvent à la rencontre du public et sont désireux d’alimenter le débat, n’hésitez pas à aller sur ler site pour en découvrir un peu plus et voir si vous avez l’opportunité de les croiser: http://dafrappier.weebly.com/.

Voilà plein de nouvelles idées, à vous de voir et bonne lecture.

 

Duel au soleil pour Xavier Dorison

Undertaker

Xavier Dorison est LE scénariste de Janvier. Avec 2 gros lancements de séries : Undertaker et Ulysse 1781. Alors le papa de Long John Silver, Sentinelles, Sanctuaire ou encore Le complexe du Chimpanzé (et j’en oublie plein d’autres) revient en force en 2015.

Je commence avec mon chouchou :

undertaker2Undertaker (Dargaud) : Xavier Dorison fait a nouveau équipe avec l’excellent Ralph Meyer qui est au top de sa forme. Après nous avoir embarqué dans un récit viking avec Asgard que je vous recommande, le duo nous emmène cette fois sous le soleil du désert américain. Ambiance western spaghetti garantie… Donc tout commence quand Jonas Crow, notre croque mort (undertaker), se fait appeler par l’un des plus grands chercheurs d’or qui a un contrat à lui proposer. Mais un contrat bien spécial… L’homme en question va lui demander de conduire la dépouille de son corps dans un lieu qui devra rester secret de tous,dès le lendemain et seule la fille de ce dernier saura où se trouve le fameux lieu. Comme notre héros n’est pas un homme de parole mais d’action, il va accepter le contrat contre un forte somme que lui remettra la fille de son commanditaire une fois le travail accompli. Une fois le contrat signé le chercheur d’or s’offre un dernier festin princier et ingurgite  toutes ses pépites d’or avant de se donner la mort. C’est à ce moment que commence vraiment l’aventure…

0OM0TITiKTJq9vuwUg5cJ2ztqG5PVGqL-page6-1200Xavier Dorison signe là un scénario très classique qui puise toute sa force et son originalité dans la construction de son personnage principal, mais aussi dans les seconds rôles qui sont très bien écrits, à l’exemple du personnage de la gouvernante chinoise un personnage haut en couleurs. Côté dessin Ralph Meyer, reste le meilleur argument de cet album. La qualité de ses 56 pages justifie à elle seule le fait que cet album doit trouver sa place dans toutes les bonnes bibliothèques de BD. Digne héritier de Jean Giraud (Blueberry) Ralph Meyer impose son style tout en marchant dans les pas des grands de la BD. Donc ne soyez pas étonnés de trouver ce récit classique, non on ne révolutionne rien avec Undertaker on nous rappelle  juste ce qui fait la marque des grandes BD. Espérons que notre croque-mort ait encore de long jours devant lui…

Ulysse

Je vous parlais de duel au soleil et pour avoir un duel il faut être 2 et la deuxième série de Xavier Dorison c’est :

UlyssecouvUlysse 1781 (Decourt) : Nous sommes toujours sur le territoire américain, mais période guerre d’indépendance. Ulysse McHendricks vient d’ailleurs de sortir victorieux de cette guerre et alors qu’il fête dignement sa victoire avec ces soldats, son fils débarque venant lui dire que le village et la femme qu’il a laissé pour partir à la guerre ont besoin de lui puisqu’ils sont tombés entre les mains d’un ignoble anglais (ce ne serait pas un pléonasme ça ? le grand libraire) . Alors que notre héros vient de finir une guerre et qu’il se voit mal reprendre une vie normale, la venue de son fils va précipiter les choses et avec ses anciens compagnons ils vont prendre la route de la maison. Mais  tout comme son homonyme grec, Ulysse aura du mal à retrouver sa route et son parcours sera semé d’embûches, dans l’ouest sauvage où mystère et chamanisme vont faire perdre le nord à notre héros et ses équipiés.

Pour cet album Xavier Dorison confit son récit au crayon de Eric Hérenguel. Le dessin nous plonge directement dans un univers très riche et dense. On pardonne même une certaine rapidité au dessinateur ou certains traits de travers tant on prend du plaisir. Le duo signe un très bon début de diptyque, qui fera plaisir aux amateurs de BD simple et efficace. Vous ne vous prendrez pas la claque de votre vie mais un bon moment de lecture c’est sûr.

Le plus gros défaut que peuvent avoir ces deux séries  est certainement la sur-médiatisation qui a été faite autour de leur sortie, à tellement vous dire que c’est génial que vous serez déçus du résultat. Donc n’en attendez pas trop mais laissez vous séduire par ces bonnes BD.

Et puisque j’ai commencé en parlant d’un duel, il faut forcement un gagnant. Donc si Jonas Crow devait rencontrer Ulysse et bien je miserais sur Jonas Crow notre Undertaker pour son coté gâchette facile et mystérieux face à un Ulysse qui mise tout sur sa force brute.

Syndrome

C’est article aurait pu se terminer là mais 2015 est vraiment l’année Dorison puisqu’il vient de sortir la suite que l’on attendait plus :

Syndrome1Le Syndrome d’Abel (Glénat) : Certaines personnes dont je fait partie avaient découvert le premier tome en 2008, puis depuis on nous a annoncé à plusieurs reprises son retour à chaque fois reporté jusqu’à ce début 2015 ou le tome 2 et 3 sont sortis en même temps (ne me demandez pas pourquoi, je ne comprends pas). Maintenant que ces petit détails éditoriaux sont réglés nous pouvons nous plonger dans ce récit complet en 3 volumes.

L’histoire est assez simple un homme qui avait plutôt bien réussi dans la vie va tout perdre lorsque sa fille va tomber malade,en l’espace de très peu de temps il va perdre sa fille, sa femme qui ne veut plus vivre avec lui et se retrouve avec une dialyse sur le dos. Et cerise sur le gâteau il va être victime d’un accident de voiture. Et c’est à ce moment que l’intrigue commence puisque notre personnage ce réveil 7 ans plus tard sans savoir ce qui lui est arrivé et lorsqu’il va chercher à reprendre contact avec des gens, ses anciens amis vont le fuir sans même être étonnés qu’il ne soit pas mort…

Si vous aimez le récit d’ambiance, vous ne serez pas déçus, tout comme dans le Protocole Pélican ou Génétiks, Marazano sait mener l’intrigue et cette fois c’est lui au crayon. dans le premier tome il nous livre un coup de crayon plein de fougue et d’énergie, puis dans le tome 2 et 3 il se rapproche plus du style de son complice de toujours Ponzio (complexe chimpanzé, Protocole Pélican…)

Si vous voulez en savoir un peu plus, attention au « spoilers » qui vont suivre. comme je vous le disais, tout est dans l’ambiance et les découvertes que l’on va faire petit à petit. Mais si vous aimez les histoire des hommes démesurément riches, qui paient des scientifiques pour mener des expérience sur l’au-delà vous allez être servis. Car si je vous disais que le sacrifice d’un homme pourrait nous permettre de savoir ce qui il y a après la mort, seriez vous prêts à sacrifier une vie, voire sacrifier la votre …

Bref si vous avez déjà aimé les autres albums de Marazano, pas de soucis foncez.

Les belles surprises de ce début 2015

 

3fruitscouv

L’enchantement se fait sentir parfois dès le premier coup d’oeil, et lorsque Zidrou est au plus grand de sa forme, cela donne des ouvrages comme, Les 3 fruits aux éditions Dargaud, le duo d’auteurs de La peau de l’ours, Zidrou & Oriol est de retour pour un nouveau One-shot, une histoire respectant les codes du conte traditionnel.

3fruits2

La peau de l’ours était déjà l’un de nos coups de coeur, et était un récit contemporain qui se déroulait sur une petite île Italienne, un « Parrain » aveugle et vieillissant racontait au jeune homme qui vient lui faire la lecture chaque jour, l’histoire de sa vie. Une ambiance assez proche du film Le facteur, de Michael Radford avec Philippe Noiret, tant pour le lieu où se passait l’histoire que pour l’échange qu’il y a entre les deux hommes dans les deux situations. Là, pour le coup nous changeons radicalement d’ambiance, et Oriol change de style graphique, et je dois bien avouer que dans cet album, son dessin, sa colorisation et la mise en scène, portent aux nues ce conte.

3fruits3

Il était un royaume, où tout allait pour le mieux, Le roi a amené son peuple dans une période de paix et de prospérité, il a épousé celle qu’il aimait, plutôt que de faire un mariage de raison, et tous deux sont les parents de 4 magnifiques enfants, 3 garçons et une fille, cumulant à eux 4, les plus grandes qualités et vertus que leurs parents pouvaient espérer.

3fruits1

Mais l’homme restera toujours un éternel insatisfait, et, le roi sentant l’étreinte de la vieillesse et de la mort de plus en plus pressante, il se lance en quête du secret de l’immortalité. Il s’adresse tout d’abord à ses 3 mages détenant chacun les secrets de l’histoire des hommes, des secrets de l’univers et des mystères de la matière; connaissance occulte ou non, tous trois donnèrent la même réponse au vieux , c’est là chose impossible que vous nous demandez messire, le sort de chacun est inéluctable… la mort! Ivre de colère, c’est bien la mort que le roi offrit à ses savants, mais la venue d’un étranger, au courant de la quête du monarque, va tout bouleverser, il détient le secret que le roi convoite, mais c’est contre la main de sa fille, que le roi pourra obtenir ses réponses, et ce sera au plus brave de ses fils que reviendra l’élément essentiel à la quête du père. Tous 3 devront donc partir chacun de leur côté, relever le défi qui prouvera sa valeur et sa bravoure, avant de revenir au château… Je vous laisse pantois et vous invite chaudement à découvrir la suite et la fin de l’histoire dans: Les 3 fruits de Zidrou & Oriol aux éditions Dargaud, une histoire en 1 tome.

monstrescouv

monstres2Avec Un océan d’amour, de Lupano & Panaccione chez Delcourt, beaucoup sont ceux qui ont découvert q’un récit sans paroles pouvaient les surprendre et les séduire. Avec Monstres, de Gustavo Duarte aux éditions Paquet, je ne vous propose pas le même OVNI qui chamboulera votre vie, mais un sympathique voyage burlesque, abordable par les petits comme les grands, des monstres méchamment rigolos.

Cela commence avec le genre de gag classique mais toujours efficace, du pêcheur qui brave les intempéries, et qui, après un âpre combat effréné, sort fièrement de l’eau au bout de sa ligne, un majestueux poisson qui fera la joie de ses proches à son retour, ainsi qu’un bon festin. Et c’est dans ces moments là, que la tête de l’individu fait un quart de tour, et se rend compte qu’il est lui même le prochain repas d’un tout autre poisson, bien plus grand et beaucoup plus féroce.

monstres1

S’en suit la fatale invasion sur la côte, de toutes sortes de monstres, s’inspirant de la pieuvre à la tortue, Gustavo Duarte va bousculer les habitudes de celles et ceux qui profitaient de la plage, qui travaillent aux docks ou bien au musée. Lorsque c’est un enfant qui en réfère à un adulte, celui-ci le regarde d’un air amusé, et estime que ces enfants, avec tout ce qu’on leur montre à la télévision, ont décidément une imagination débordante. Heureusement le vieux Pinô veille au grain et va reprendre les choses en main. C’est fluide, c’est drôle, c’est beau… et même si l’album fait 78 pages, cela reste un peu court.

ilecouv

ile5La collection 1000 feuilles de Glénat propose des choses curieuses, des récits atypiques avec bien souvent des dessins peu conventionnels. L’un de mes tous premiers coups de coeur de cette année est allé pour L’île aux femmes de Zanzim.

Céleste Bompard, céleste le bien nommé puisqu’il est pilote/voltigeur/as de la pirouette; nous sommes en 1913 lorsque Céleste fait démonstration de ses talents de pilote au manche de son aéroplane, les risques qu’il prend fait chavirer le coeur des belles et lui permettent d’enchaîner les conquêtes. Mais voilà que la guerre est déclarée, et lorsque l’on a les talents et l’adresse de Céleste, on est obligé de les mettre au service de la nation.

Le voilà donc, 2 ans plus tard, toujours à bord de son aéronef, survolant cette fois un tout autre danger que les risques encourus lors de ses voltiges, cette fois ce sont les obus ainsi que les balles crachées depuis le sol qui manquent de mettre sa vie en péril. En découvrant qu’il prend des risques insensés pou permettre au courrier des Poilus de parvenir jusqu’à leur belle, Céleste est outré, ses talents pourraient être bien mieux utilisés que pour de telles futilités.

ile1ile2

Chose curieuse, en fait l’histoire commence chronologiquement, un tout petit peu plus tard, Céleste est échoué sur une île, déserte ? Paradisiaque ? Cela il ne le sait pas encore. Les premiers temps il faut d’abord penser à survivre, se nourrir, ne pas se laisser gagner par le sentiment de solitude et d’isolement, ne pas basculer dans la folie et faire fi de ces illusions qui viennent vous perturber l’esprit. Au fil du temps et de maintes explorations, il s’avère que Céleste va découvrir qu’il n’est effectivement pas seul sur cette île, et que ses rêves les plus fous viennent peut-être de se concrétiser.

ile3

La situation ne semble pas être idyllique pour autant, et sa posture, peut-être pas aussi envieuse qu’il pourrait nous paraître. Que va t’il advenir de Céleste au milieu de toutes ces créatures « célestes » ? Zanzim vous invite à un périple qui vous émoustillera tout autant qu’il vous amusera. Une histoire en un seul volume.

divincouv

Dans cette sélection, tout ne pouvait pas être rose, Le divin, de Asaf Hanuka, Tomer Hanuka & Boaz Lavie aux éditions Dargaud fait pourtant partie de ma sélection. En ouvrant l’album la première fois, je reste très partagé, si certains éléments captent mon attention, j’ai la très nette impression qu’il y a quelque chose qui me fait tiquer, sans savoir l’expliquer.

divin2

 Le projet est né de la réaction et les sentiments qu’ont inspiré aux auteurs une photo, celle de 2 enfants, les jumeaux qui menèrent la « God’s army« , une insurrection en Birmanie, alors que la légende vous indique que ces deux enfants ne sont alors âgés que de 12 ans, l’expression que vous pouvez lire sur leur visage reste choquante et troublante, on ne souhaite ne jamais croisé tel regard, que ce soit en face de vous ou bien dans une glace.

La volonté des auteurs est d’aborder les ingérences des pays occidentaux dans des pays en conflit où il est facile de s’immiscer et de faire du business avec des plans plus que louches. Mais ils souhaitent également traiter des enfants soldats, et c’est avec intelligence qu’ils réutilisent les légendes qui entourainet ces deux jumeaux de la « God’s Army », il ne faudra donc pas être choqué par la tournure fantastique que pourra prendre le récit.divin1 Un titre surprenant et qui au final porte brillamment son sujet avec tout l’impact que les auteurs souhaitaient certainement mettre en place.

Le manga en freestyle !

aversescouv

Après le rush de fin d’année qui commence pour nous courant novembre et se termine fin janvier, on se rend compte que l’on vous a délaissé tout ce temps, en fait on est navré de ne pas avoir le temps de s’offrir le petit moment de détente que l’on vous consacre habituellement pour partager nos coups de coeur. Et pourtant, il y’en a eu des choses bien entre temps et seuls ceux qui ont eu l’opportunité de venir en magasin ont pu bénéficier de nos conseils avisés.

averses1

Encore une fois je reviens à la charge avec quelques mangas, il y’en aura pour tout le monde, les petits et les grands, les sensibles et les adeptes de curiosités. En premier lieu, deux nouveautés: la première est une série en 4 tomes, Averses turquoises de Kou Yaginuma aux éditions Clair de Lune. Souvent vous nous demandez des séries abordables dès le plus jeune âge si possible courtes, nouvelles et déjà finies, ce qui fait 3 choses à la fois, et dans ces cas là on aurait tendance à vous conseiller un oeuf Kinder… Les 4 tomes sont parus en ce début d’année, et je vous la conseillerais pour un public à partir de 8/9 ans. C’est mignon comme tout, l’histoire se déroule au moyen-âge au Japon, nous nous intéressons à 3 enfants: Rintarô, jeune orphelin recueilli au sein d’une famille de Samouraï et qui a sur les épaules la lourde réputation de son père qui serait mort comme un lâche au cours d’une des dernières batailles; Fusuke, arrivé depuis peu dans la région, son côté impassible a tendance à agacer mais il devient très vite l’ami de Rintarô et l’aide à améliorer ses talents de bretteur, le garçon s’attire pourtant l’intérêt de notre troisième protagoniste, Ito, jeune fille de la famille la plus noble du village, elle détient un tempérament tempétueux et n’aspire qu’à une chose, être la plus grande combattante au maniement du sabre. Elle passe donc son temps à défier tous les garçons aux alentours, et l’arrivée de Fusuke lui offre un défi enfin à la hauteur de ses espérances mais le jeune homme ne cesse de reporter leur rencontre. C’est une histoire riche en éléments culturels, abordable pour tout public, bourrée d’humour et de divers centres d’intérêts, une petite perle de rosée en ce début d’année.

minusculecouv

Les éditions Komikku ne sont pas en reste pour nous surprendre agréablement, Le nouveau Tom Sawyer,Le chef de Nobunaga, L’île infernale… et avec Minuscule de Takuto Kashiki, ils font mouche et tout pareil que Averses turquoises, on s’adresse à un public jeunesse mais également aux adultes qui cultive leur âme d’enfant. Contrairement à son habitude, l’éditeur n’a pas mentionné en combien de tomes cette série va se déclinée mais pour ma part je suis preneur quelques soit sa longueur.

hakumei1Hakumei & Mikochi sont nos deux héroïnes de Minuscule, minuscule car elles le sont, pour celles et ceux qui ont connu les Minipouss ou qui ont eu l’occasion de lire Nanja Monja, vous avez saisi le principe de voir des êtres minuscules face au monde à l’échelle que nous connaissons, mais dans le cadre de notre histoire il n’est pas question (pour le moment du moins) de la présence d’humains (peut-être cela viendra-t’il plus tard). Il n’empêche que l’o retrouve des habitations et des objets de la vie de tous les jours, on accepte le fait qu’elles soient capables comme les autres habitants qu’elles puissent converser avec les animaux ou que ceux-ci puissent être meuniers, marchands…

Elles vivent au milieu de la forêt, Hakumei est bricoleuse et est capable de tout réparer, elle est tellement douée qu’elle est un petit peu désoeuvrée car ses réparations tiennent longtemps. Mikochi a quant à elle de nombreux talents, bonne cuisinière, capable de confectionner de magnifiques pièces d’étoffes, elle sait également séduire de sa voie cristalline  (et oui, ça vous épate pas un peu de savoir que l’on devine sa voix par le biais d’un manga) son auditoire, y compris s’il s’agit des esprits des objets anciens.

hakumei2

Honnêtement, (ne l’ai jamais été avec vous ?) c’est du bonheur en barre, ou en livre pour l’occasion, de la tendresse, de la douceur, tant dans l’histoire que dans le dessin, la petite bouffée d’ oxigène qui fait du bien et qui détend. On s’attache rapidement à elles, on prend plaisir à partager leurs aventures et leurs rencontres. Une touche d’espièglerie, ce n’est pas la vie de Candy mais celle d’ Halumei & Mikochi, vivement la sortie du tome 2 pour replonger dans leur univers.

Bon, maintenant on va élever le niveau de lecture, mais rester toutefois dans des choses abordables pour tout public, pour adolescents et adultes, le grand retour de l’un des plus grands maîtres du manga indépendant, Taiyou Matsumoto (Amer béton, Number five, Le samouraï bambou…) avec Sunny aux éditions Kana, et Les naufragés de Min-Ho Choi, l’auteur de Moi, jardinier citadin, son titre précédent et celui-ci sont sortis aux éditions Akata.

sunny

sunny1Taiyou Matsumoto a toujours reconnu avoir été profondément inspiré par des auteurs comme Moebius ou Katsuhiro Otomo, et comme ces deux maîtres, ses oeuvres sont très atypiques de ce que l’on peut lire habituellement, et c’est pour ça, qu’à travers le monde entier son talent est reconnu et encensé.

Sa dernière série en date, débutée au Japon depuis 2010 parait seulement maintenant en France dans la collection Big Kana: Sunny.

Sunny, c’est le nom du modèle de la carcasse de voiture qui repose dans le jardin de cette maison qui accueille ces jeunes en difficultés, certains sont orphelins, d’autres sont placés là en attendant que leur parents règles certains problèmes judiciaire, conjugaux… Sunny, un ensoleillement dans la vie de ces enfants qui peuvent rêver qu’au volant de ce bolide s’offre à eux une virée à l’autre bout du pays, des courses poursuites palpitantes, un rendez-vous amoureux…

sunny2

Dans ce premier tome vous ferez la rencontre des enfants qui résident ici, de ceux qui les aident au quotidien, 6 nouvelles intimistes et surprenantes. Si vous ne connaissez pas Taiyou Matsumoto, c’est une belle occasion de découvrir le travail de cet artiste au trait si particulier, bien loin des idées stéréotypées que vous pourriez avoir sur le manga, on ne retrouve pas la folie que pouvaient contenir certaines de ses oeuvres mais néanmoins, celle-ci garde la richesse imaginative qui caractérise l’auteur. Un incontournable de la bédéthèque idéale.

naufragescouvBon c’est pas du Manga mais du Manwha, entendez par là que c’est de la bande dessinée Coréenne, Min-Ho Choi a déjà été publié précédemment par les éditions Akata avec, Moi, jardinier citadin, une histoire en 2 parties où l’auteur parlait de son expérience où il a découvert les joies du jardinage dans les espaces que l’on peut louer en ville et (re-)découvrir le plaisir de faire pousser et récolter ce qui va garnir son assiette.

naufrages1

C’est avec un autre récit en 2 tomes qu’il revient, Les naufragés; cette fois moins autobiographique mais toujours dans un état d’esprit calme et contemplatif. Vous allez découvrir un jeune homme qui revient dans la maison de son enfance et qui compte y installer une boutique qui proposera des poissons pour aquarium. Outre les éléments techniques et explicatifs au sujet des différentes variétés, de comment entretenir un aquarium, le décorer… on suivra également la relation qui se met en place entre le jeune homme à la chevelure blonde et très fournie et sa toute première cliente qui travaille dans son quartier, je ne peux vous révéler dans quel secteur d’activité.

Outre le sujet, ce qui peut interpeller le lecteur, c’est le style graphique original de l’auteur qui peut séduire, très coloré au tons très clairs, ses personnages sont surprenant avec de bonnes bouilles qui accentuent le côté humoristique du récit.

sarucouv Je gardais le meilleur pour la fin, le plus surprenant par la même occasion, deux titres surprenants, deux one-shot.

Le retour aux éditions Sarbacane de Daisuke Igarashi, l’auteur de la somptueuse série, « Les enfants de la mer« , terminée en 5 tomes, récit poétique et écologique. Aujourd’hui il nous propose un récit de Science-Fiction: Saru.

saru3C‘est une course poursuite à travers le monde et qui prend sa source depuis l’aube de l’humanité, des phénomènes inexpliqués qui ont marqués la mémoire des hommes: un tremblement de terre au XVIIe siècle qui ravagea Pékin, l’ événement de Toungounska de 1908… Et une prédiction de Nostradamus prévoit le retour la Bête pour 1997 à Angoulême (rien que ça, comme-ci ils ne frôlaient pas déjà la catastrophe avec la présence chaque début d’année, de tous ces auteurs de bandes dessinées). Nous allons suivre plusieurs personnages qui tentent d’élucider tous ces mystères et prémunir la terre d’une fin catastrophique. En recoupant des légendes de différentes cultures disposées un peu partout à travers le monde, ils vont avancer petit à petit, mais rappelez vous que l’heure tourne et le dénouement semble inéluctable.

Là encore le dessin surprendra plus d’un, nous sommes loin des mangas classiques, un dessin très dense et riche en coups de crayons. Un énorme pavé qui vous prendra un petit moment de votre temps pour le finir.

midgamecouvEt le top du top, s’il ne vous faut en choisir qu’un seul, Le coup de coeur du grand libraire, qui l’a attendu longtemps, TRES longtemps: Mindgame, de Robin Nishi publié aux éditions Imho. C’est le même genre d’ovni qu’Amer béton, un récit plein de folie, de stupidité, de rocambolesque… plein de plein.

mind1

Robin Nishi, c’est l’auteur, mais c’est aussi le personnage principal de cette histoire, un jeune homme qui souhaiterait faire des manga mais qui végète un peu en ce moment. Il croise dans le train une vieille connaissance à lui: son amour d’enfance, Myon. Ils se sont perdu de vue depuis un moment, la faute en revient au père de Myon, qui a tendance a s’attirer les ennuis, et principalement avec des usuriers ou des mafieux, lui et sa famille ont donc été obligés de disparaître dans la nature. Ils tiennent maintenant une petite gargote, tout du moins Myon et sa soeur Yan se retrouvent en charge du restaurant de brochettes que leur père a ouvert, mais ce dragueur impénitent délaisse son établissement. Les frasques du père vont une nouvelle fois leur apporter des ennuis, et c’est Nishi qui va en faire les frais, c’est dès le début de l’histoire que notre narrateur va se prendre une balle (dans le trou prévu à cet effet, si vous voyez ce que je veux dire…) qui finira son chemin pour lui exploser le crâne. Et c’est ainsi que Nishi va rencontrer Dieu !

mind4

mind3Vous l’aurez compris, si je ne m’arrête pas maintenant, je suis bien parti pour vous raconter toute l’histoire, mais sachez ceci, il existe également une version en film d’animation qui a la particularité d’allier toutes les techniques possibles et imaginables d’illustrations, d’animations et de mises en mouvement. Accessible pour un très large public, vous n’aurez pas fini d’être surpris et de vous amuser avec cet ovni.

mind2

Bonne lecture et à la prochaine.

Fins de séries

bluecouvBonjour amis lecteurs, il est parfois bon de se dire qu’une série se termine, même si l’on peut avoir un pincement au cœur de dire au revoir à des personnages auxquels on s’est attaché, mais fort heureusement on peut toujours relire leurs aventures et apprécier une nouvelle fois l’invitation au voyage. Certaines séries paraissent trop courtes ou trop longues, on a un goût de trop peu lorsque l’on a pu les dévorer rapidement ou bien certaines séries ont commencé il y a tellement de temps que l’on y croyait plus ou bien que l’on a oublié que le dernier tome pourrait paraître un jour, parfois c’est aussi à force de changement d’éditeurs.

bluecouv1La tuerie absolue, (est-ce que j’exagère ?), ce fut Blue Note de Mariolle & Bourgouin aux éditions Dargaud, un premier tome paru en septembre 2013 et le deuxième, et fin de l’histoire en ce début octobre 2014, deux albums, deux histoires individuelles mais qui se déroulent en même temps au même endroit, deux personnages qui vont se croiser ou avoir à faire aux même interlocuteurs, l’un est boxeur, l’autre bluesman, tous deux ont vu leurs pas les conduire vers New York à 30 jours de la fin de la prohibition, une période propice à de multiples changements et affaires louches.

Jack Doyle, issu des bas quartiers de la ville, il a su se hisser aux sommets dans le milieu de la boxe, adulé par la foule et surtout les gens simples qui voyait en lui un héros de leurs quartiers, il a pourtant fait une croix sur la gloire en réalisant combien ce milieu pouvait être pourri. Il vit dorénavant de combats clandestins, touchant un maigre cachet qui lui permet de vivre au jour le jour, c’est alors que resurgit de son passé Egan, celui qui se faisait du beurre sur son dos et ses combats, un homme fourbe mais malin qui sait comment piquer au vif ses interlocuteurs. Si Jack a gagné son dernier combat avant de tout quitter, il sait que le match était truqué, et voici que son vieil « ami » lui propose de le rejouer mais sans magouille cette fois.

blue1Ray Jameson, lui, vient du sud des Etats-Unis, de ces provinces où les noirs sont considérés comme des moins que rien, il est guitariste et passe ses nuits dans les bouges insalubres où l’on joue toute la nuit, sa chance, s’il souhaite la saisir, c’est dans les grandes villes qu’il devra la tenter. Il débarque à New-York, la guitare à la main avec pour seule possession son costume miteux et le dernier conseil qu’un vieil homme lui a confier avant de partir: trouver le Dante’s Lodge, le plus beau club « à c’qu’on dit ». Alors que l’indifférence des citadins le laisse perdu au milieu de la cohue, c’est en suivant un chat errant que ses pas le mèneront devant le fameux club. Il est talentueux, ça oui, et il arrive à séduire, après une épreuve d’entrée, le patron qui accepte de lui donner sa chance.

blue2Ray sait y faire pour mettre le public en transe et va rapidement susciter des jalousies, mais tout le talent d’interprétation n’est rien si l’on a pas la créativité et l’originalité qui permet d’atteindre les sommets de la gloire et la consécration. Seul le dépassement de lui même lui permettrait de pouvoir enregistrer un jour ses propres morceaux et ainsi partager sa musique avec le plus grand nombre et rentrer dans la légende.

blue3Comme vous pouvez le constater avec cette mise en place, c’est une magnifique histoire que les auteurs ont écrit là, et que dire de la mise en image qui est à couper le souffle, y compris aux lecteurs les plus exigeants, rien à dire si ce n’est une apothéose que cette histoire en tomes qui vient de rentrer dans la catégorie des plus grands titres de l’histoire de la BD, et je n’exagère pas, croyez moi.

orcouvL’or et le sang t4- Khalil, de Bedouel, Merwan, Defrance et Nury, voici un récit qui se sera fait attendre mais la faute n’est pas à imputer aux auteurs, la série à débuté aux éditions 12Bis et prend fin chez Glénat qui aura repris une grande partie du catalogue.

or1C’est une belle histoire d’amitié qui commença dans les tranchées au cours de la première guerre mondiale autour d’un hérisson… d’un hérisson ? Oui mais alcoolique de surcroit ! Voilà comment s’attacher un petit animal en lui créant une dépendance éthylique, mais qui s’avère être le meilleur système de prévention contre les attaques au gaz moutarde des allemands lorsque l’on est coincé dans les tranchées. Léon Matilo est d’origine Corse, issu du milieu populaire, il a l’art de la débrouille et de la survie dans la peau, le lieutenant Calixte Frampéand, lui, vient d’une famille aisée, bien Française et propriétaire d’une entreprise à qui la guerre a bien profiter.

Les horreurs de la guerre ont souder cette amitié, et le retour à la vie civile réserve son lot de désillusions et ne permet pas toujours de se réintégrer dans un mode de vie, qui vous le découvrez, ne vous correspond pas. C’est alors que votre ancien compagnon d’arme resurgit avec des idées bien tentatrices, d’aventure et de risque qui vous redonne le goût de vivre. Léon rejoint Calixte et lui propose de marcher des les traces d’un ancien pirate qui écumait la Méditerranée et qui enchanta son imagination d’enfant, nous sommes à la sortie de la première guerre mondiale, il y a un tas d’armes en circulation et les Berbères du Rif sont en pleines insurrection, il y aurait un bon coup à jouer en leur fournissant les moyens de se débarrasser de l’occupant espagnol.

or&sangL’or et le sang, un récit d’aventure comme rarement on a l’habitude d’en lire ces dernières années, le talent incontesté de Nury (Il était une fois en France, La mort de Staline, Silas Corey, W.E.S.T. …) a mettre en place ses histoires dans des contextes historiques, associé aux talents graphiques de Merwan & Bedouel et leur ambiance si particulière. Un récit en 4 tomes qui rentre également dans les grands incontournables de la bibliothèque idéale.

altercouvEh oui, celle là aussi se termine, le 11ème volume de Alter Ego est sorti, le premier cycle se composait de 6 tomes à prendre dans n’importe quel ordre puis un 7ème volume donnait une première conclusion, le second cycle reprenait le même procédé sur 3 tomes et Verdict conclue définitivement le récit.

alter2Un phénomène mondial vu par 6 protagonistes, touchés chacun de différente manière à chaque fois et qui permettait une vue d’ensemble de l’affaire et ce quelque soit leur implication. Une histoire qui touchait d’une part un côté scientifique, de l’autre un polar politique et qui rendait pour le tout une hypothèse anticipative de l’évolution sociétale, la saison 2 étant une projection des répercutions des révélations de Ultimatum qui concluait la saison 1.

Darius, Camille, Jonas, Noah, Fouad, Park, Delia, Teehu & Gail, ils sont le fruit de la collaboration des auteurs suivants: Renders, Lapière, Zuga, Erbetta, Reynès, Bénéteau, Efa & Elias, une fine équipe qui a vu leur projet paraître aux éditions Dupuis, un concept original d’approche de l’œuvre, en effet lorsque vous tenez l’un des 6 premiers tomes entre les mains et que vous regardez la 4ème de couverture, on vous le présentait comme étant le premier de la série, même récidive avec les 3 tomes du deuxième cycle.

alter1Alors que jusqu’à présent la science restait impuissante face au SIDA, voilà qu’une personne ayant des moyens financiers quais illimités a jouer les mécènes, du coup, les médecins ont pu développer de nouvelles recherches: s’ils ne peuvent soigner les malades actuels, ils ont tout de même trouver un vaccin qui fait que plus personne ne tomberait malade. Mais le plus important, en tout cas aux yeux des puissants de ce monde, ils ont découverts une nouvelle de taille: il existerait un lien qui unirait des personnes à travers le monde et l’état de santé des uns influencerait celui des autres. On propose aux personnes riches, aux chefs d’états, à toute personne ayant des moyens et quelque chose à protéger ou à perdre d’investir dans une organisation qui protégerait leurs intérêts et ce, aux détriments d’autres personnes à travers le monde.

Une série originale et sympathique avec un graphisme qui arrive à se distinguer des séries actuelles.

voleurscouv Très, très attendu, le second tomes des aventures des Voleurs de Carthage de Appollo & Tanquerelle, La nuit de Baal-Moloch aux éditions Dargaud est sorti également. Deux aventuriers, un Carthaginois et un Gaulois tentent de faire main basse sur les trésors de la ville, alors que Rome et ses armées, menées par Scipion, approchent pour réduire à néant sa plus redoutable ennemie. Hervé Tanquerelle nous étonne une nouvelle fois avec son dessin, les images sont intenses, on est captivé par les scènes de sacrifice, les mouvements de foule et la razzia que les soldats romains font sur la ville. On a un pincement au cœur a quitter nos deux compères et leurs compagnons d’infortune, sincèrement j’aurai bien voulu avoir l’opportunité d’attendre encore une année supplémentaire afin de me plonger une nouvelle fois dans ce récit donc pour ma peine je sais déjà que je les relirai, Appollo étant un scénariste que j’affectionne particulièrement (L’île bourbon 1730, Biotope, Commando colonial…).

voleurs2Nous avons également sur le podium, La fin de l’histoire de Bourgeon, Le cycle de Cyann t6, Les aubes douces d’Aldalarann et cette fois c’est chez Delcourt.

Chez le même éditeur, une série qui prend fin dix ans après son lancement: Le régulateur t6, NYX, de Corbeyran & the Moreno family.

Et la semaine prochaine, vous êtes très nombreux à l’attendre: Magasin Général t9, le dernier tome!!!!!!!!!!!!!!!!

magcouv